Sélectionner une page

Choisir un vélo à assistance électrique (également appelé VAE) n’est pas une décision qui se prend à la légère. Parce qu’il accompagne le cycliste lors de beaucoup de ses déplacements et qu’il représente tout de même un certain niveau de budget, le choix d’un vélo à assistance électrique est une décision qui doit être mûrement réfléchie. Pour aider dans cette décision d’achat d’un vélo électrique, nous avons listés 5 critères de choix essentiels : l’utilisation que l’on fait du VAE, la puissance du moteur électrique, le poids, les fonctionnalités et la sécurité.

Choisir son vélo électrique

Bien choisir son vélo électrique : l’usage

Avant d’acheter un vélo électrique, il convient d’identifier quels en seront les usages. Est-ce que l’on cherche un VAE pour se rendre au travail (et ainsi faire du vélotaf) ? Est-ce dans un but de loisir sportif ? Quels types de parcours et de chemins seront empruntés : essentiellement des rues et pistes cyclables ou des chemins escarpés ? Quelles distances seront parcourues ? Le type, la fréquence et le temps de trajet vont considérablement guider le choix vers un vélo électrique plutôt qu’un autre.

  • Pour se rendre à son travail, qui implique des trajets quotidiens, principalement en ville, le choix se portera tout naturellement vers un vélo électrique citadin ou urbain. Il doit être confortable, facilement maniable et adaptable aux fréquents changements de rythmes qu’impose la pratique du vélo en milieu urbain.
  • A contrario, si on souhaite faire du vélo dans des endroits escarpés ou lors de longues promenades, il est recommandé de choisir un vélo électrique de type VTC ou VTT. Attention, ces vélos ne sont pas adaptés à un usage urbain et inversement.
  • Pour les personnes désirant transporter plusieurs enfants, ou des charges lourdes, il faudra se tourner vers les vélos cargos (aussi appelés vélos porteurs).
  • Enfin pour les longs trajets (supérieur à 60 km), il sera plus commode de se tourner vers un VAE Speedbike. Mais attention, ce type de vélo est considéré comme un cyclomoteur et est soumis de ce fait à la réglementation qui en découle. De plus, contrairement à un vélo à assistance électrique de type Pedelec, les Speedbikes ne peuvent circuler sur les pistes cyclables.

Bien choisir son vélo électrique : la puissance du moteur électrique

Le moteur électrique est un des éléments essentiels à prendre en compte lors du choix d’un vélo électrique. C’est le cœur de l’assistance électrique et ce qui permet au cycliste de se sentir soutenu dans son effort de pédalage.

La puissance du moteur est calculée en Watts. Alors que la puissance du moteur d’un VAE est encadrée et limitée à 250 Watts, le couple du moteur (exprimé en Newton-mètre) est une valeur qui permet de distinguer la puissance réelle du moteur. Lorsqu’un cycliste pédale et qu’il appuie davantage sur les pédales pour monter une côte, il développera plus de couple. Plus un moteur a un couple élevé, plus il sera facile de monter des côtes très raides sans difficulté. Cette notion de couple est notamment importante lors d’une utilisation citadine : le vélo permet d’avoir un démarrage vif lors des nombreux arrêts et interruptions que connaît le cycliste (par exemple les feux rouges).

Une puissance de 25O Watts va donner des couples allant de 20 Nm à 90 Nm, les vélos Iweech étant les seuls du marché à proposer un couple à 90 Nm avec leur motorisation de haut niveau.

L’emplacement du moteur électrique à également toute son importance. Il peut être placé dans le moyeux des roues ou dans le pédalier. Les moteurs placés dans le moyeux des roues modifient le centre de gravité du vélo. De plus, suivant si le moteur est placé sur la roue avant ou arrière, cela peut générer un effet de traction ou de poussée plus ou moins marqué qui engendre une conduite plus saccadée.
Le moteur pédalier quant à lui est le système de motorisation le plus élaboré et de loin le plus efficace. Le moteur pédalier assure une meilleure répartition des masses et garantit une stabilité accrue. L’assistance est en général plus confortable.
En résumé, il est fortement recommandé de se tourner vers un VAE intégrant un moteur pédalier avec un couple élevé.

Bien choisir son vélo électrique : le poids du vélo électrique

Alors que les premiers vélos électriques pesaient au-delà de 30kg, les prouesses technologiques successives ont permis d’abaisser considérablement ce poids. On trouve maintenant des VAE à moins de 23kg et même dans certains cas moins de 20kg . Le vélo à assistance électrique est plus lourd de 4 à 6 kg qu’un vélo classique. Cette différence de poids est due à la présence de l’assistance électrique et des différents éléments que cela implique : la batterie, le moteur, le capteur. Les éléments traditionnels d’un vélo classique comme le cadre et les roues sont également renforcés ce qui augmente le poids total de l’engin.

En optant pour un modèle de VAE léger, le conducteur bénéficiera d’une meilleure maniabilité et de plus de confort. Le poids influe également sur la capacité d’accélération. Plus le vélo est léger, plus l’accélération sera facilitée. Au contraire, plus le vélo est lourd, plus grande sera la quantité d’énergie nécessaire pour le propulser. Cette notion doit être néanmoins pondérée par le poids du cycliste. Enfin ne pas oublier que plus un vélo est léger, plus son transport sera facilité dans les escaliers, dans les transports en commun…

Le poids du VAE reste un critère de choix important d’un VAE mais non bloquant.

Les critères pour bien choisir son vélo électrique

Bien choisir son vélo électrique : les fonctionnalités

Contrairement à un vélo mécanique classique, les VAE fournissent à leurs usagers des fonctionnalités qui ajoutent au plaisir de conduire et qui doivent être pris en compte dans l’acte d’achat du vélo électrique :

  • Les niveaux d’assistance : les moteurs électriques délivrent des niveaux d’assistance destinés à procurer une puissance plus ou moins élevée à l’utilisateur. Les niveaux d’assistance dépendent des modèles et des marques, mais on retrouve des modes similaires sur la plupart des vélos électriques : Par exemple, le mode économie limite l’assistance électrique pour conserver au maximum la batterie. Le mode “Sport” délivrent en général une puissance plus élevée, adaptée à des chemins sinueux, des faux plats ou des dénivelés importants, les niveaux d’assistance sont dans 98% des cas gérés à la main en plus des vitesses pendant le trajet . Chez Iweech pas besoin de se soucier du niveau d’assistance, pas de mode d’assistance à gérer en roulant, pas besoin de s’inquiéter de passer une vitesse ou une autre en conduisant, pour votre plus grand confort et une sécurité maximum, tout est 100% automatique, les modes d’assistance sont remplacés par un “système intelligent”. Grâce à l’intelligence artificielle, le vélo procure en temps réel toutes les 100 millisecondes le juste niveau d’assistance dont vous avez besoin. De plus en mode intelligent (iRide) il est capable d’intégrer votre consommation d’énergie, ceci afin de vous garantir d’avoir toujours assez d’énergie pour arriver à votre destination. Et ce, que vous ayez vous même renseigné la destination en utilisant l’application IWEECH ou que le vélo l’ait compris par lui-même avec votre historique de trajets.
  • La connectivité : les vélos connectés ont comme principal avantage de pouvoir interagir avec le smartphone via une connexion Bluetooth. Il est alors possible de paramétrer son vélo par le biais du smartphone (éclairage, mode d’assistance) et de suivre les performances du vélo. Une connexion qui s’avère également bien pratique pour la sécurité du vélo. Les vélos connectés sont souvent équipés de système anti-vol électronique (alarme, géolocalisation…) c’est le cas d’IWEECH qui inclut cette fonction dans le prix de base du vélo sans euro additionnel à débourser.

Il est donc intéressant de se renseigner sur les fonctionnalités délivrées par le VAE lors du choix d’un vélo à assistance électrique.

Bien choisir son vélo électrique : la sécurité de conduite

On distingue deux équipements primordiaux pour conduire de manière sereine avec un VAE :

  • Les freins : pièce d’importance cruciale sur un vélo électrique, les freins peuvent faire une différence énorme en cas d’urgence. Pour contrebalancer le poids, la puissance et la vitesse supplémentaire apportée par le moteur, ils doivent être de grande qualité. Ils doivent être fiables, puissants pour stopper le vélo en toute circonstance mais progressifs pour ne pas arrêter le vélo trop brutalement. On préférera des freins à disques hydrauliques, car ils sont efficaces, puissants et offrent de très bonnes garanties quand la météo est humide.
  • L’éclairage : Lorsqu’on pédale sur un vélo électrique, il est extrêmement important d’être bien visible et de bien voir. La loi oblige les cyclistes à équiper leur vélo d’un phare avant et d’un éclairage arrière, d’un catadioptre avant et arrière et de réflecteurs, ainsi que d’une sonnette. Les vélos Iweech sont équipés d’un éclairage Supernova de grande qualité qui se déclenche sur commande à la nuit tombée.

Il est fondamental de ne pas lésiner sur cet aspect sécurité et contrôler au préalable avec attention comment est équipé le vélo électrique.